Paroisse catholique Saint Jean Baptiste du Lez

Attention il n’y a pas de messe le dimanche soir à Don Bosco jusqu’au 1 septembre

Accueil > Servir > En étant solidaire > A.C.A.T

A.C.A.T

L’ACAT est une organisation de défense des droits de l’homme d’identité chrétienne et œcuménique.

L’ACAT appelle à l’action et à la réflexion spirituelle et théologique des adhérents, en liaison avec l’objet du combat de l’ACAT.

L’ACAT VEILLE, INFORME, SOUTIENT, INTERVIENT, PRIE ET ÉDUQUE.

Des paroissiens s’y sont engagés aux cotés des Chrétiens de confessions protestantes, catholiques ou orthodoxes, vous pouvez les rejoindre.

Dans le hall de Don Bosco*, vous trouverez des documents en libre service, dont certains vous proposent des actions.

Pour nous contacter : Correspondant ACAT


Lettre du président de l’ACAT à ses adhérents

Rapport ACAT 2016

2010, 2011, 2012, 2014… 2016


En 2016, un pays sur deux pratique toujours la torture. Et les régimes autoritaires ne sont pas seuls en cause. Certains États démocratiques aussi. Tous les jours, des milliers d’hommes, de femmes, d’enfants parfois, sont livrés à l’omnipotence de bourreaux. Tous les jours, les tortionnaires et ceux qui les dirigent s’efforcent de réduire au silence opposants, journalistes ou avocats. Tous les jours, ils terrorisent les membres de minorités ethniques, religieuses ou sexuelles. Ils font avouer sous les coups des prisonniers de droit commun.

Le rapport 2016 Un monde tortionnaire complète l’analyse développée par l’ACAT dans les rapports publiés les années précédentes. Il documente la réalité des pratiques tortionnaires dans 9 nouveaux pays, tout en poursuivant l’éclairage historique, politique, psychologique et culturel de ce phénomène. Quarante ans après l’entrée en vigueur des textes et pactes internationaux visant à lutter contre la torture, il explore les différents mécanismes mis en place au niveau national, régional et international pour y faire face. Il analyse les causes de la persistance du phénomène tortionnaire, avec cette question essentielle : comment concevoir que la torture puisse être à la fois condamnée quasi-universellement, sur le plan juridique comme éthique, et néanmoins quotidiennement pratiquée à une si vaste échelle ? Enfin, il fait état d’un certain glissement, inquiétant, de l’opinion publique française qui ferait vaciller un principe universel : celui de l’interdiction absolue de la torture.

Préfacée par Emmanuel Decaux, cette édition propose des contributions originales de Raphaëlle Branche, Jean-Bernard Marie, Veronica Filippeshi ou encore Michel Terestchenko. Outil de documentation et de plaidoyer, cet ouvrage constitue le cinquième volet d’une encyclopédie du phénomène tortionnaire.