User Login Enregistrement Mot de passe perdu ?!
Please waiting ...

Le Triduum Pascal au séminaire

Le mystère central de la foi.

Le Triduum Pascal a été l’occasion pour le premier cycle de se retrouver en communauté au séminaire. Au cours de ces jours saints - mystère central de notre Foi - nous avons pu célébrer, dans une liturgie déployée, la mort et la Résurrection de Notre Seigneur, vigilant au silence intérieur afin de mieux méditer l’anéantissement total de Notre Dieu. 

Accompagné de la Sainte Vierge Marie, Notre Mère, qui subit ces épreuves dans la foi, nous avons, comme toute communauté ecclésiale en ces jours-ci, médité sur l’œuvre de notre Salut, grâce aux enseignements du supérieur, et des textes que nous offre l’Eglise. Ainsi, la commémoration de la Sainte Cène du Seigneur a été l’occasion de redécouvrir la place toute particulière de la Sainte Eucharistie dans la vie de Marie, elle qui offrit sa chair à Dieu afin qu’il se fasse homme. 
Le Vendredi Saint nous a permis de méditer sur le Fiat, le « Oui » de Marie. La solide foi de la Vierge qui reste debout, droite dans la contemplation de l’Homme des douleurs sur la Croix, offrant sa vie pour la nôtre. 
Le Samedi Saint fut le jour au cours duquel nous pouvions l’accompagner dans sa solitude de mère - proche de son cœur douloureux et immaculé - séparée de son Fils, temps d’attente de la réponse du Père et de nuit spirituelle, temps de relecture de la vie du Seigneur qui manifeste que les plans divins ne sont pas humains. 
Enfin, dans la nuit, l’hymne pascal s’est fait entendre, le Christ victorieux sur la mort a fait irruption en ce temps de douleurs, créant un monde nouveau, rappelant que malgré toute difficulté Notre Seigneur est victorieux des ténèbres. 
La prière personnelle, les enseignements, les offices sacrés, les répétitions des chants, et les services liturgiques ont rythmé nos journées. Au cours de ces jours, la Sainte Croix nous révèle davantage notre faiblesse - lieu où Dieu veut déverser sa grâce - permettant de construire plus solidement une communion fraternelle, rempli d’amour et de joie, une joie qui a des racines en forme de croix. 
Antoine L.

 

 

 

 

 

 

JoomShaper