User Login Enregistrement Mot de passe perdu ?!
Please waiting ...

4 années passées à Toulouse

Entretien avec le supérieur, en partance pour Rome

Père Vincent, vous venez d’être nommé supérieur du séminaire de Rome, comment abordez-vous la fin de l’année et l’été qui arrive ?

Sereinement ! Il faut être supérieur jusqu’à la fin tout en commençant à être recteur du séminaire français, en se mettant au courant des us et coutumes. Cela suppose de bien organiser son agenda.

Que gardez-vous de votre passage de quatre ans, comme supérieur du séminaire de Toulouse ?

Une grande joie, avec une communauté pleine de vie, d’aspirations. En étant au séminaire, on prépare les séminaristes à vivre une vie d’Eglise concrète. J’ai appris à mieux connaitre les diocèses qui envoient les séminaristes ici. Je garde le souvenir d’un Conseil des pères formateurs paisible et travaillant dans l’unité. Ce n’est pas rien car, depuis mon arrivée il y a quatre ans, le conseil a été vraiment renouvelé. Nous avons toujours vécu cette unité de fonds au service de la formation.

Un souvenir précis ?

Le pèlerinage à Rome l’an dernier. C’est toujours un moment important pour la vie d’une communauté. Une sorte de préparation lointaine de ma nomination ! (rires)

Je garde aussi en mémoire toutes les ordinations. Un candidat fait le pas. Un séminariste devient diacre puis prêtre, c’est un contact direct avec l’appel de Dieu et le mystère de l’Eglise.

Regrettez-vous un événement, ou des actions que vous n’avez pas eu le temps de mener ?

Il faut prendre conscience qu’un séminaire est un paquebot, qui avance lentement. Les changements ne se font pas de manière rapide, mais plus par petites touches, par accentuations. Vous connaissez les réactions plus ou moins vives sur la question du retour dominical à 22h pour les Complies. C’est une des réformes dont je suis fier (rires)!

Bien sûr, il y a toujours des améliorations que l’on peut apporter sur tel ou tel point de la formation. Je pense en particulier à son adaptation au contour de la mission aujourd’hui.

Quatre ans comme supérieur, n’est-ce pas un peu court ?

J’avais été renouvelé l’année dernière pour trois ans, j’aurais souhaité achever un cycle complet de six ans. Au fur et à mesure, je percevais mieux la réalité et la beauté de la communauté. Et c’était réciproque, je pense, avec les séminaristes. Mais l’appel de l’Eglise est ce qu’il est. Nous ne sommes pas à notre propre compte. Notre attachement doit être réel – et il l’a été – et en même temps il faut demeurer libre intérieurement pour la mission.

Comment se déroule une passation entre deux supérieurs de séminaire ?

Il faut savoir que chaque supérieur à sa personnalité et apporte ses compétences. Chacun a son histoire. Il y a évidemment la transmission concrète des dossiers, sans le code nucléaire pourtant, je vous rassure ! Nous parlons des situations de chacun. S’il connait déjà la tâche, c’est plus facile. S’il est complètement nouveau dans la fonction, je lui donne quelques tuyaux, un kit de première urgence. Cela peut être un avantage pour lui, car il pourra apporter de l’air frais.  

L’annonce de ma nomination est arrivée un peu tard. À ce jour (23 mai) Mgr Le Gall recherche encore le nom du futur supérieur.

Que voudriez-vous dire à votre successeur ?

Toulouse est vraiment une belle ville avec un beau séminaire. J’y étais très heureux et il y a vraiment un grand potentiel. En grande partie grâce à l’héritage sulpicien qui a façonné la maison pendant plus de cent ans.

Quels sont les spécificités du séminaire de Rome ?

C’est d’être à Rome ! Tous les séminaristes suivent les cours dans les universités romaines donc aucun cours dans la maison. Il n’y a pas non plus de premier cycle.

Qu’aimez-vous dire à vos séminaristes quand ils partent en vacances d’été ?

Les vacances, c’est le séminaire qui continue sous une autre forme. Le séminariste reste séminariste même en vacances, car Dieu, lui, n’est pas en vacances. La mission vous attend, parfois de manière surprenante. Soyez attentifs à l’inattendu de Dieu dans les rencontres.

 

 

 

 

JoomShaper